Accéder au contenu principal

Comme un papier froissé

Je peine quelque peu à poser de nouveau des mots sur cet espace virtuel. Le sentiment d'avoir beaucoup changé en relisant quelques articles postés ici est assez vertigineux ! Je réalise aussi que je ne suis pas seule à avoir déserté mon blog : nombre de femmes que je me plaisais à lire ont elles aussi laissé en suspens leurs publications.


Que s'est-il donc passé sur la toile en 2017 ?
Est-ce à cause des énormes changements effectués sur la plateforme Hellocoton, qui était un haut lieu de la blogosphère féminine, et où beaucoup d'entre nous ne trouvent plus leur compte ? Est-ce lié à un point de bascule des consciences sur la futilité de certains sujets, traités par les blogueuses, qui ne sont finalement qu'une vaste vitrine consumériste ? Je l'ignore.

Le mien, de silence, est lié à plusieurs facteurs. Mes centres d'intérêt et mes priorités ont beaucoup évolué ces derniers mois, me faisant porter un regard tout autre sur la blogosphère. Et puis j'ai continué à écrire. Ailleurs. Pour moi. Un texte qui sera peut-être un jour pour d'autres.

L'année qui s'achève est une belle opportunité de bilan personnel, 2017 emportera bientôt avec elle les réalisations des douze mois écoulés. Qu'en restera-t-il ?

J'imaginais cette année comme une période charnière. C'est, à dire vrai, un goût aigre-doux qui me chatouille encore les papilles. Après un second semestre cataclysmique en 2016, nous espérions repartir sur des bases nouvelles et retrouver au fil des 365 jours qui étaient à venir, un élan nouveau, un épicurisme familial associé à un engagement citoyen plus prononcé.

En 2017, c'est vrai, j'ai changé. Je soufflerai bientôt ma trentième bougie avec la fierté d'avoir trouvé un sens à mes actions collectives.  L'engagement associatif et citoyen est apparu comme nécessaire à la route que je voulais tracer, je suis particulièrement heureuse aujourd'hui des actions auxquelles je participe et j'espère vous en toucher un mot bientôt.

Toutefois, sur le plan personnel et familial, 2017 restera une année que je qualifierai de "tiède". Si j'ai enclenché des projets créatifs ambitieux, si j'ai une famille qui se porte bien et avec laquelle je passe de bons moments, les questionnements existentiels m'ont aussi assaillie, je termine l'année pleine de doutes, à de multiples propos, apparus au détour de blessures intérieures profondes. J'ai le sentiment d'une interminable stagnation en terme de développement personnel, et je suis bien décidée à faire bouger les lignes. 2017 est un papier froissé, abîmé de ce qu'il a traversé, un brouillon qui fut utile au cheminement, une ébauche inaboutie que je ne me résous pas cependant à jeter à la corbeille.

Je vais avoir trente ans et plus que jamais, je dois définir qui je suis. Pas la femme de. Pas la mère de, non plus. En creusant dans mon histoire et en analysant bon nombre de mécanismes relationnels liés à un enfant intérieur en souffrance, j'ai commencé à débroussailler une voie nouvelle où poser mes pas futurs. Je suis une fille de lumière, une femme qui a besoin de mettre en cohérence l'ambition d'être une personne intéressante avec l'objectif d'être quelqu'un de bien. 

Reste à le faire, ce premier pas, et à marquer la cadence !


Commentaires

  1. Comme toi j'ai délaissé mon blog, je n'y vais que très rarement en particulier car je n'avais pas envie de passer plus de temps sur l'ordinateur, et des petits soucis personnels se sont ajoutées.
    2017 se referme avec son lot de questionnements, de richesses et de tristesse.
    2018 ouvre une nouvelle page ou tu seras une femme épanouie mais le développement personnel n'est pas toujours évident à mettre en place, car souvent ça remue un peu.

    Bonnes fetes de fin d'années à toi !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'autre cercle des femmes

Mes chéris, vous êtes nés de mon ventre, vous êtes nés d'une fenêtre alors que la plupart passent par la porte. Une petite porte que toutes les mamans ont entre les jambes. Une petite porte qui est, pour certains bébés, ou certaines mamans, un peu dangereuse à franchir. Alors, pour ces petits êtres-là, les médecins ont appris à ouvrir des fenêtres et c'est autrement que les mamans rencontrent leurs bébés. Tout le monde attend ses invités sur le seuil, personne n'est prêt à ce qu'ils frappent au carreau et en enjambent le rebord ! Ça surprend, ça déboussole, ça inquiète même parfois. 

Je suis une maman à césariennes. Je suis une maman qui a cru très longtemps qu'elle ne faisait pas partie du cercle des femmes, qui s'est sentie exclue du lien qui unissait les autres mères, détentrices du savoir des naissances et survivantes de l'ultime rite initiatique.  Je suis une maman à césariennes et longtemps j'ai pensé que j'étais moins valeureuse. Plus faible …

Yoga à la maison (et en famille)

J'ai pratiqué le yoga en club pendant une année et demi, c'était il y a six-sept ans environ dans le cadre d'un cours collectif. La moyenne d'âge des adhérents frôlait la soixantaine, la logique du cours était à mille lieues de la compétition ou du challenge, au contraire, j'y ai appris le respect du rythme de chacun, la lenteur et l'écoute de soi comme condition sine qua non de l'efficacité. 
Le yoga, un sport ?
Pour certains, le yoga n'est pas un sport, il paraît trop mou, trop lent, pas assez tonique. Pour moi, c'est sans conteste un sport, une discipline. Une discipline de l'être : une discipline du corps et de l'esprit qui ne font qu'un.  En yoga, on ne force pas. Et c'est peut-être là la difficulté ! La base de la pratique, c'est le souffle : il guide les mouvements, porte l'énergie. Se concentrer sur son souffle est par ailleurs un bon vecteur de pleine conscience, un moyen de se recentrer sur le présent, sur le mouvem…

Brosses à dents & zéro déchet

Ma brosse à dents en plastique avait rendu l'âme : c'était le moment d'en acquérir une nouvelle, et tant qu'à faire, en limitant au maximum les déchets liés à cet achat. 
Dans mon supermarché bio, il y en avait bien, mais avec des têtes en plastique, un emballage qui irait tout droit aux ordures, bref, je n'étais pas... emballée. J'ai donc fait une petite recherche sur le net, Google est mon ami. Et j'ai fini par trouver mon bonheur : des brosses tout en bois, compostables une fois les poils de nylon arrachés. Ces brosses sont vendues par la marque Hydrophil, et cette marque, elle me plaît vachement : c'est une entreprise allemande engagée écologiquement, qui propose des produits vegan et à faible impact environnemental. 
Quand j'ai reçu mon petit colis, j'ai également apprécié que les emballages ne contiennent pas de plastique. Tout est entouré de fin papier et de carton, le tout envoyé dans une enveloppe carton. Bref, à part l'étiquette d…