Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2016

Derrière la porte, à 18h53

Derrière la porte, à 18h53, il y a un bazar sans nom, si bien qu'un inconnu pourrait croire qu'on a été cambriolés.
Il y a souvent des enfants échevelés qui s'arrachent un ultime jouet.
Il y a une maman qui jongle entre la casserole de pâtes et un épisode de Peppa Pig en replay, le tout se soldant souvent par "mais où ai-je foutu la télécommande?". Ouf, pour le moment, je ne me suis pas (encore) retrouvée à mélanger les pâtes avec.
Il y a un papa qui essaie de raconter sa journée, entrecoupant son récit de trois "mouche ton nez" alors que Maman répond au douzième "qu'est-ce qu'on mange?".
Il y a des manteaux sur une chaise, des cartables dans l'entrée, de la vaisselle plein la table de cuisine, un chat qui miaule après ses croquettes.
Et puis, devant la porte, il y a la voisine qui sonne, nous apportant un colis que le facteur a gentiment laissé chez elle. Je me demande souvent si elle nous prend pour des tarés ou si elle a connu …

Brosses à dents & zéro déchet

Ma brosse à dents en plastique avait rendu l'âme : c'était le moment d'en acquérir une nouvelle, et tant qu'à faire, en limitant au maximum les déchets liés à cet achat. 
Dans mon supermarché bio, il y en avait bien, mais avec des têtes en plastique, un emballage qui irait tout droit aux ordures, bref, je n'étais pas... emballée. J'ai donc fait une petite recherche sur le net, Google est mon ami. Et j'ai fini par trouver mon bonheur : des brosses tout en bois, compostables une fois les poils de nylon arrachés. Ces brosses sont vendues par la marque Hydrophil, et cette marque, elle me plaît vachement : c'est une entreprise allemande engagée écologiquement, qui propose des produits vegan et à faible impact environnemental. 
Quand j'ai reçu mon petit colis, j'ai également apprécié que les emballages ne contiennent pas de plastique. Tout est entouré de fin papier et de carton, le tout envoyé dans une enveloppe carton. Bref, à part l'étiquette d…

Treize, d'Aurore Bègue

J'ai eu la chance de découvrir ce roman grâce à Delphine : merci à toi pour le partage !



J'ai toujours un peu peur avec les premiers romans. Sans doute parce qu'il y a quelques années, j'ai fait partie du jury du "Prix du premier roman" de l'université dans laquelle je travaillais, et que cette année là, parmi les dizaines de livres que j'ai eu l'occasion de découvrir, quatre sur cinq en moyenne me tombaient des mains tellement je les trouvais nuls. Malgré tout, le texte primé quant à lui était une vraie pépite. En fait, c'est un peu quitte ou double, les premiers romans.

Après celui de Sarah Maeght le mois dernier, qui pour le coup n'était pas du tout mauvais, c'est donc Treize, qui s'est retrouvé entre mes mains.

Treize est un roman assez court, que j'ai lu en deux heures environ, sans le lâcher. Brièveté et qualité ne sont pas incompatibles ! Celui-ci est bref, prenant, presque addictif : impossible de le poser avant d'av…

Dentifrice maison

Mon tube de dentifrice arrivant à sa fin, je me suis dit que c'était l'occasion de tester le dentifrice maison. Il y a un moment que j'y pense, à vrai dire. Je suis passée depuis plusieurs mois au dentifrice bio, dans un premier temps.
Au départ, le dentifrice était un peu passé à la trappe de ma démarche "+ de naturel" : c'était le dernier produit auquel j'aurais fait attention, en fait. Et puis je suis avec assiduité le blog 40 ans, 4 enfants, que vous connaissez sans doute, et cet article m'a interpellée. Jamais je n'aurais pensé que les compos des dentifrices puissent être aussi dangereuses pour la santé. Alors l'idée du dentifrice maison a fait son bonhomme de chemin.
J'ai vu beaucoup de recettes sur le net, j'allais opter pour celle à l'argile, mais je n'ai pas trouvé tous les ingrédients dans mon supermarché bio, alors j'ai opté pour un dentifrice à base d'huile de coco.


Les ingrédients  de ma recette : - Huile d…

Ce jour-là

Ce jour-là, c'était un vendredi, comme aujourd'hui. J'avais passé mon épreuve de littérature du bac, c'était tombé sur Perceval et Le Procès de Kafka. Nous avions rendez-vous le soir, vers 18h. La veille, nous n'avions pas osé échanger de baiser, mais déjà nous sentions qu'une attirance était là, évidente entre nous.  Je portais un tee-shirt rouge, un jean retroussé et des claquettes noires. Ma veste kaki aussi je crois. C'était un 10 juin ensoleillé, mais encore un peu frais en soirée, et ton blouson sur mes épaules m'avait un peu réchauffée en attendant que l'on ose enfin se prendre dans les bras l'un de l'autre, sous le regard amusé des gamins qui traînaient à proximité. Nous nous étions assis dans l'herbe, près du canal, derrière le camping municipal de notre ville. A cet instant, la chanson "Stand by me" avait même retenti dans ce camping où personne ne semblait pourtant camper à cette saison.  Ce jour-là, c'était il …

Acheter en vrac avec ses propres emballages

Parmi nos habitudes zéro déchet, il en est une nouvelle qui s'est ajoutée récemment à nos petites initiatives. En effet, dans la mesure du possible, nous emportons désormais lors de nos sessions courses nos propres emballages pour les achats que nous effectuons en vrac.
Nous glissons donc dans notre panier :
- des "sacs à vrac", qui sont pour la plupart des tote bags en tissu (home made, publicitaires...),qui, bien que ce ne soit pas leur fonction première, conviennent parfaitement pour les fruits et légumes. J'ai aussi cousu quelques sacs plus petits pour les autres aliments qu'on achète en vrac mais en petite quantité (muesli, amandes, raisins secs, etc.)
- des bocaux ou des boîtes type Tupperware, pour la viande, la charcuterie, le fromage...
- une boîte à œufs