Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du avril, 2016

Jeannette

Jeannette, c'est le prénom que m'a inspiré cette petite robe que j'ai cousue pour ma fille.

Après avoir cousu la petite Marthe, j'ai eu, dans la même journée, une poussée d'inspiration et j'ai ressorti deux coupons de tissu auxquels je n'avais pas encore touché : du jean clair et du coton vintage (merci mamie!), style tartan.

Il y a deux ans

Il y a deux ans, quand j'ai franchi les portes de la maternité par ce vendredi ensoleillé, je savais qu'une journée riche en émotions nous attendait. Vers 11h, on m'a emmenée en chambre afin que je me prépare pour la naissance de mon deuxième enfant. Ma fille allait naître par césarienne, c'était le jour J, je n'arrivais pas à réaliser. On m'annonçait qu'on m’emmènerait au bloc en fin de journée, sans vraiment me donner de précision. Un deuxième enfant, c'est tout une logistique à gérer en amont ! La nuit précédente, le grand avait dormi chez ses grands parents suite à une fausse alerte la veille au soir. Le matin, il a fallu le conduire chez la nounou, puis dans l'après-midi, le conduire chez ses autres grands-parents... pas facile de jongler avec les emplois du temps et les contraintes des uns et des autres tout en étant pleinement plongés dans ce moment unique qu'est une naissance.
Je ne m'attarderai pas ici sur cette deuxième césarienne…

Petits palets tendres à l'orange

Il y avait longtemps que je n'avais pas cuisiné des biscuits pour nos goûters maison. Le problème avec les sablés et autres petits gâteaux croquants, c'est que mes enfants les trouvent un peu durs et ne les mangent pas. 
Alors j'ai tâtonné jusqu'à trouver une recette de biscuits pas trop friables, qui ne soient pas non plus des cakes, mais qui soient quand même suffisamment tendres. Ceux-ci sont parfumés à l'orange, car nous en avions un bon stock dans la corbeille de fruits et elles commençaient à s'abîmer. 

Comment dit-on Marthe en japonais ?

Je suis heureuse de vous présenter une première cousette par ici ! La couture et moi, c'est une histoire qui remonte à mes années fac, il y a environ 8 ou 9 ans. Une copine avait envie de s'y mettre, j'ai suivi le mouvement et ce fut un plaisir pour ma grand-mère de me transmettre un peu de son savoir. En effet, si ma mère ne s'est jamais franchement intéressée aux activités de fil et d'aiguille, ma mamie, elle, pratiquait régulièrement couture et tricot étant plus jeune. Elle confectionnait une grande partie des vêtements de ses filles...et des poupées de ses filles ! Quand j'étais enfant, j'étais fascinée par le meuble-machine à coudre qu'elle ouvrait parfois pour faire une retouche à un vêtement. Alors quand je me suis intéressée de près à la confection, c'est tout naturellement qu'elle m'a aidée à coudre mon premier sac, avec sa vieille machine mécanique à pédale, avant que je n'investisse dans ma première bécane.

Les cotons lavables

Quand nous avons pris nos premières "mesures" pour réduire nos déchets, en septembre 2015, très vite s'est imposée l'idée d'utiliser des cotons lavables. En effet, entre la maman qui se nettoie le visage matin, se démaquille le soir, la petite qui porte encore des couches, et le grand qu'on se ne cesse de débarbouiller, notre consommation de cotons était alors industrielle.
Six mois plus tard, j'estime que nous avons réduit notre utilisation de carrés de coton d'au moins 2/3. 

En famille

A l'aube des deux ans de notre petite hirondelle, je sens que nous entrons dans une espèce de "période bénie", et j'ose à peine l'écrire de peur que ce que nous touchons du doigt ne s'évapore.
Un mari chéri, deux enfants, garçon et fille, pas tout à fait deux ans d'écart : j'ai déjà beaucoup de chance d'avoir ma petite "famille française lambda". Les petits ne sont plus des bébés, et c'est sans honte que je dis que ça ne me manque pas. Peut-être parce que trois ans de nuits plus ou moins hachées, sans grasse mat' à la clé, nous ont un peu fatigués, je suis ravie que mes enfants gagnent en autonomie.  Alors que jusqu'à présent, nous faisions encore pas mal d'activités séparément, papa s'occupant souvent du grand et maman de la petite, nous pouvons désormais faire de vraies activités à 4, où chacun profite pleinement de la sortie. La moindre balade au parc est un régal pour le grand frère comme pour la petite sœur.

Boucles Liberty [DIY]

S'il est un tissu qui a la cote quand arrivent les beaux jours, c'est sans conteste le Liberty !
Il me restait une chute de biais dans un joli motif fleuri, je me suis dit que je pouvais l'utiliser pour me fabriquer des petites boucles d'oreilles printanières.  Leur forme vous dit peut-être quelque chose. C'est normal, j'ai réutilisé le DIY que je vous avais proposé l'année dernière sur mon blog précédent.
Pour celles qui l'auraient raté, je le remets par ici !

Un châle tout doux

Le Trendy Chale est un modèle que j'adore tricoter, particulièrement quand je me pose en soirée et que je n'ai pas envie de devoir trop me concentrer. Il se tricote tout en point mousse et ne requiert aucune technique particulière si ce n'est savoir faire une augmentation. Ce châle est mon 3ème du genre, et pourtant, il n'est pas encore pour moi, il s'agit d'un cadeau pour une proche ! Je l'ai réalisé dans une laine gris perle "Phil Light", de Phildar, un vrai délice au toucher !

3 ans

Je suis le courant d'air, la girouette, celle qui a besoin que ça bouge tout le temps, qui déteste la routine, qui remet tout en question au moindre doute, qui a soif de connaissances et de découvertes mais qui trouve les journées trop courtes pour tout accomplir.  Tu es l'ours, le casanier, l'agoraphobe, celui qui aime les week-end passés à ne rien faire, le roc inébranlable, la raison incarnée quand les projets feraient tourner la tête à tout un chacun. Paradoxalement, je suis parfois, dans l'intimité, cette maniaque du contrôle, celle qui déteste l'improviste et l'imprévu, celle qui s'exaspère que les choses lui échappent. Tu es souvent un autre en société. Un clown, un pitre, un boute en train, un caméléon, d'une patience et d'une adaptabilité extra-ordinaires. Nos tempéraments contraires se heurtent parfois, mais souvent s'équilibrent, chacun de nous tirant un peu l'autre hors de sa zone de confort. La mayonnaise a pris il y a presque …

Oursons marbrés (aux œufs de Pâques)

Cette semaine, nous sommes en vacances, et il va en falloir, des douceurs, pour rassasier nos petits monstres qui sont à la maison !


J'imagine que c'est un peu pareil chez vous si vous avez des enfants, en tout cas, ici, on a un stock d’œufs de Pâques qu'on aura du mal à écouler en une seule année. Eh oui, les grands-parents s'emballent un peu parfois côté chasse à l’œuf ! Pas grave, ça nous fait du chocolat pour préparer quelques goûters maison ! Ici, rien ne se perd, tout se transforme !
Aujourd'hui, nous avons fabriqué de délicieux oursons marbrés tout moelleux ! J'ai trouvé ces petits moules assez chouettes pour les goûters individuels, ça change des mini cakes et des madeleines, et ça amuse les enfants !

Se lancer dans le zéro déchet

Depuis la rentrée de septembre 2015, nous avons entrepris de changer nos habitudes de consomma(c)teurs avec l'objectif précis de réduire nos déchets. Nous sommes loin d'être les seuls à entreprendre cette démarche, le zéro déchet est "tendance", certes, mais je crois surtout que beaucoup de foyers sont inquiets face à l'état de notre Terre et ont envie d'agir à leur échelle. La fameuse "part du colibri". C'est du moins notre cas. Nous avons conscience de l'urgence écologique actuelle, et du lien indéniable entre les problèmes liés à l'environnement et ceux liés à notre santé.
Quand on se lance dans le zéro déchet (atteindre le "zéro" est d'ailleurs utopique), on se rend vite compte que de nombreux aspects de notre vie quotidienne sont affectés, et ce de façon positive ! Pour jeter moins, il faut acheter moins, acheter différemment, manger différemment, se laver différemment, vivre un petit peu différemment, finalement.
Avan…

Mes conseils pour commencer le tricot

Le tricot est une activité passionnante qui peut vite vous rendre accro, une fois que vous avez mis le nez dedans. Oui, je parle en connaissance de cause, c'est vrai ! Mais avant d'en arriver là, eh bien il faut APPRENDRE à tricoter ! Et là, c'est une autre paire de manches. Pour ma part, j'ai appris "toute seule" pendant ma dernière grossesse il y a 2 ans et demi. J'ai ensuite passé le relais à quelques amies qui avaient envie de s'y mettre.
Voici donc quelques conseils pour celles qui auraient envie d'apprendre mais qui ne se sont pas encore lancées !

Attraper leurs petites pensées au vol

Comme il me plaît, de garder une trace des petites perles et bons mots de mes enfants. Ces petits échanges du quotidien sont autant de pépites que je serai ravie de relire quand ils seront plus grands.

- Maman, pourquoi ma sœur ne met pas son manteau rouge aujourd'hui ? - Il est trop petit, je vais le ranger. - Tu vas le garder pour un nouveau bébé ? - Non, pourquoi tu dis ça ? - Bahh, on veut être trois, nous !
- Maman, bientôt je vais grandir grandiiiir et je serai un adulte ? - Pas tout de suite mon chéri. Tu vas grandir, mais avant d'être un adulte tu seras un enfant, puis un grand enfant... On est adulte quand on a 18 ans ! - 18 ans ?! C'est beaucoup 18 ans ! Quand j'aurai 18 ans je serai un monsieur ? - ... Oui, tu sera un monsieur, mais tu resteras toujours mon bébé d'amour ! - Oui, je te ferai encore des câlins, maman. (=> Je lui fais signer un contrat tout de suite ?)

Au milieu de la nuit, le Crapaud arrive en pleurs près de mon lit : - Mamannnn, j'a…

L'amour dure trois ans

Trois ans. Durée de vie moyenne, non pas de mes amours, mais de mes blogs. Je n'avais pourtant pas prévu de laisser Bertille, mon moi précédent, si tôt sur le bas côté. Bertille m'a permis de trouver mon style, et sans doute m'a-t-elle permis de me trouver un peu, aussi. Mais les contraintes techniques m'ont poussée à changer de plateforme de blog, et il a fallu décider si Bertille et moi allions continuer notre route ensemble.
Au départ, je songeais juste à un déménagement, j'avais prévu de mettre le blog dans des cartons et de le ressortir dans notre nouveau chez nous. Mais il faut croire que c'est l'époque qui veut ça, migrer n'est pas si facile, de nos jours. La solution était le copier-coller mon blog précédent, mais cela supposait de ne pas pouvoir garder les commentaires. Pouvais-je vraiment déménager trois ans d'échanges en ne gardant que mes textes, et en n'ayant plus la trace de vos passages, de nos échanges ? A quoi bon faire "c…