Accéder au contenu principal

Articles

Renouer avec la féminité sacrée

C'était un instinct. Une science curieusement inconsciente qui a traversé les strates de mon identité, jusqu'à émerger doucement vers mes 21/22 ans.
A cette époque, me bourrer de contraception hormonale a commencé à heurter mes convictions, j'ai choisi d'arrêter la pilule pendant un temps certain, j'ai renoué avec des règles et un cycle naturel. Une petite voix me disait qu'être bien dans mon corps nécessitait que je le connaisse. C'est à ce même moment que j'ai fait des recherches sur les protections périodiques et que j'ai choisi d'essayer lacoupe menstruelle, que je n'ai plus quittée depuis. Je voulais préserver mon intimité des substances chimiques toxiques, et apprendre à mieux connaître mon anatomie et mon cycle
Je ne le verbalisais pas encore, mais je renouais en réalité avec ma féminité naturelle.
Le souhait de vivre des naissances physiologiques (que je n'ai pas pu vivre ainsi pour des raisons de santé toutefois), l'allai…
Articles récents

Mon enfant doit-il être bon en tout ?

En voilà, un titre qui sonne un peu psycho-magazine ! Il faut dire que je l'ai volontairement rédigé de façon un brin provocatrice (petit rire sardonique (mais pas trop sardonique quand même parce que je ne sais pas ce que ça veut dire, dirait Bénabar))...
Est-ce que les enfants DOIVENT, ont-ils des devoirs au sens d'exigences auxquelles répondre vis à vis de la société, vis à vis de l'école, vis à vis de leurs parents ? Et puis, qu'est-ce que ça veut dire, être BON ? Est-ce que ça détermine la valeur ? La valeur en matière de personne, de compétences, de morale ?
Si je pose cette question aujourd'hui, c'est à la suite d'un échange que j'ai pu avoir avec la maîtresse de mon fils.
Pour vous donner quelques éléments de contexte, il a 5 ans et demi, il est en grande section. Grosso modo, depuis janvier, il sait lire, il a compris le déchiffrage syllabique, connaît les sons complexes (ou /on / un /au / eau /...) et a déjà mémorisé visuellement un paquet de mots…

Chroniques d'un nanar

Lundi 26 mars matin.
Début d'une nouvelle semaine après une grippe familiale. Et un jogging dominical. Histoire d'avoir des courbatures qui me donnent le sentiment d'avoir des muscles et pas juste d'avoir quatre-vingt dix ans. C'est le printemps. Preuves s'il en est : j'ai rechaussé mes baskets et deux pigeons copulent dans l'arbre à côté de ma fenêtre de bureau, entre les branches fleuries du prunus. Irréfutable.
Dix huit jours. Voilà dix huit jours que j'ai effectué les premiers envois de mon manuscrit à quelques éditeurs. Dix huit jours, et je me dis que ce serait bien de garder une trace. Garder une trace des ce moment suspendu. De ces jours où tout semble possible, où aucun NON n'est encore venu se fracasser sur le parvis de mes projections - ou simplement dans ma boîte aux lettres.
Pour la faire courte, fin février, j'ai mis le point final à un roman que je traînais sur mon ordinateur depuis près de deux ans. Je ne sais plus trop com…

Vie de famille sur pause

Tout est parti d'un subtil hasard qui a bien agencé nos calendriers. Des congés posés en décalé faute de vouloir inscrire les enfants, épuisés, au centre de loisirs. Des grands parents désireux d'emmener leurs petits enfants en vacances. Trois jours de calme qui me sont ainsi offerts, comme un petit cadeau.
J'aime mes enfants.
J'aime leurs rires qui résonnent contre les murs, leur esprit qui pimente nos conversations, leur poésie naïve et enfantine, leurs dessins collés de travers sur les murs, leur câlins, leurs regards vifs. 
Je m'accommode de leurs chamailleries, de leurs effronteries, du bazar intersidéral qu'ils sont si doués pour répandre en un clin d’œil, et de la fatigue qu'ils provoquent chez nous, malgré tout.
Je réalise néanmoins que je ne mesurais pas, avant de devenir maman, le peu de répit que laisse un enfant. Et sans doute est-ce ce qui épuise le plus : être sollicitée continuellement sans bouton off.
C'est un bouton off que mes beaux-p…

Pinces & perles : motricité fine pour les 2-5 ans

Je vous présente ce qui est un peu "l'atelier magique" chez nous depuis des mois avec les enfants. On l'avait un peu délaissé ces derniers temps, toutefois, depuis que nous avons réaménagé un placard en espace d'inspiration Montessori à leur destination, nos enfants adorent s'y consacrer. Je dis bien "d'inspiration" Montessori car je ne suis pas une experte en la matière (il me semble que ce nom est tellement à la mode qu'il est utilisé à tout bout de champ) mais je me nourris de lectures qui vont dans ce sens. 
J'aime beaucoup l'idée de proposer aux enfants des manipulations d'objets du quotidien en vue de leur permettre d'acquérir une meilleure maîtrise de leurs gestes, de leur schéma corporel, et donc une plus grande autonomie. 
Le matériel de base pour notre atelier pinces & perles est simple et appartient à la vie de tous les jours ou presque.
Nous utilisons :
- des récipients de différentes formes et tailles
- des …

Humble

Adj.,  du latin humilis, bas, de humus, terre
Qui a conscience de ses limites, de ses faiblesses, et qui le manifeste par une attitude volontairement modeste et effacée.  (définition Larousse)
S'exposer, que ce soit via l'écriture, via les réseaux sociaux, induit quelques écueils. Dans "publication", il y a "public". Impossible de donner une visibilité, aussi petite soit-elle, à un propos sans y associer une réception.  Il n'est pas aisé d'exprimer un point de vue, surtout s'il concerne un passage de notre vie chargé en émotion, et d'accueillir les réactions diverses que nos mots peuvent susciter. 
Certains ont peut-être vu passer récemment un de mes articles sur un site de médias plutôt beaucoup lu, avec le partage qui va bien sur le réseau social le plus fréquenté. J'ai eu la mauvaise idée d'aller voir les commentaires postés sous ledit partage, dont quelques uns sont très critiques. Et j'ai douté.  Douté de mes mots, de mes ém…

Zéro déchet : notre vie deux ans après

Quand ce blog a vu le jour, mon foyer en était encore à ses balbutiements en matière de zéro déchet. La démarche n'était pas encore vraiment "à la mode" et on passait plutôt pour des OVNI dans notre cercle social proche. D'aucuns ont cru que c'était une énième lubie. Je les comprends, on se méfie de tout, à l'époque des handspinners.
30 mois après le lancement officiel de notre famille dans cette aventure particulière, je réalise le chemin parcouru.
Des petits gestes relativement peu contraignants, on peut en faire vraiment plein ! Etre "zéro déchet", ce n'est pas juste aller faire ses courses dans une épicerie de vrac. C'est supprimer le superflu et revenir à des choses simples et saines.
Chez nous, par exemple, on ne trouve plus :
- de bouteilles en plastique (ou presque, seules celles du lait persistent) : nous buvons l'eau du robinet en carafe et l'emportons en gourde, les jus de fruits sont achetées en bouteilles en verre, elle…